Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2008

Le 18 Février est sorti « Candy Store », le 5ème album de Minor Majority. C’est mon album coup de coeur en ce moment, il squatte mes enceintes en alternance avec ce bon vieux Miles…

Minor Majority est un quintette norvégien qui donne dans la pop indé atmosphérique, un brin folk mais très éthéré à la scandinave quoi, toujours ce son pur comme l’eau des fjords. Tous ces groupes donnent vraiment envie d’y aller dans ce grand nord européen où tout à l’air si cool finalement! Candy Store sera pour vous un excellent aperçu de la musique des Minor car c’est en fait une compil des singles du groupe agrémentée de quelques inédits et faces B du groupe, l’idéal en fait. Voila de la bonne pop, des belles ballades, des mélodies à la pelle arrangées tout en retenue sans grandiloquence ou pathos excessif, c’est très fin. Et il y a un truc que j’adore, c’est personnel et fort discutable certes mais quand même, le guitariste solo a un son façon Marc Knopfler 80’s qui mis à coté de la production très moderne de l’album donne un contrepied pas désagréable. Sur la vidéo, les amateurs reconnaitront aussi le clin d’œil à David Lynch, rapport à l’univers très « Twin Peaks » du clip !

Bref voici de quoi passer de bons moments bien zen, tiens profite camarade…

A découvrir en extrait ici : http://www.myspace.com/minormajority

Leur site : http://www.minormajority.no

Un chouette site de fan : http://www.minormajority-fr.com/

Read Full Post »

Un disque de blues tourne sur ma platine depuis quelques temps, c’est l’album de Seasick Steve, « Dog House Music ». Ce n’est pas une vieillerie exhumée des fonds de ma discothèque mais un disque tout ce qu’il y a de plus récent puisque sorti en 2007.

Par contre, le Steve, c’est pas le perdreau de l’année. Il se permet de sortir son premier disque à 70 balais! Et c’est là que commence la magie car avec le vécu qu’il a, ce vieux bougre est le blues personnifié. Buriné et cabossé par la vie, il chante le blues comme peu de contemporains sont capables de le faire passer. Quand on l’écoute, on entend Leadbelly, on entend Robert Johnson, on entend Johnny Cash aussi, les voix de tous ces vieux gars résonnent dans les chansons de Steve.

Né dans le Mississippi comme il se doit, il a appris la guitare d’un  bluesman de son quartier à 8 ans. A 13, il fuguait pour ne plus jamais rentrer et vécut de boulots saisonniers, voyageant de trains de marchandises en trains de marchandises tel un héros de Kerouac ou Fante. Au crépuscule de sa vie, le « clochard céleste » nous raconte son histoire et comme un bon grand père nous tient en haleine tout le long de cette merveille qu’est « Dog House Music »! Sa musique est toute simple, il s’accompagne d’une vieille guitare électrique, la « Three Stringed Trance Wonder »,  où il n’a laissé que trois cordes car il a fait le voeu de la laisser telle qu’il l’a acheté. Il bat le rythme en tapant du pied sur sa « Mississippi Drum Machine « , une boite en bois toute pourrie. C’est du roots donc et ça sonne terrible, allez y voir de vous mêmes, vous ne serez pas déçu du voyage!

En extrait ici : http://www.myspace.com/seasicksteve

Read Full Post »

Je suis tombé sur cette vidéo grâce à un pote, merci Grand Sapin…

Le Hang drum est un instrument super récent, il a été inventé par des Suisses en 2000. C’est un mélange entre le son du gamelan, d’une cloche et d’un xylophone et ça sonne d’enfer. Moi ça m’a impressionné, regardez et écouter cette vidéo, ça déchire!

Pour en savoir plus : https://toftaky.wordpress.com/2009/05/18/lhistoire-du-hang-drum

Les inventeurs sont sur Myspace : http://www.myspace.com/giddahangdrum

Leur site et magasin : http://www.hangdrum.com/index.php

Read Full Post »

Beirut, les voyages de Zach

Beirut et son jeune leader Zach Condon sont en train de faire leur petit bonhomme de chemin dans l’univers de la pop. Un premier album « Gulag Orkestar », nous avait révélé ce groupe américain. Sur cet album, Beirut mélangeait subtilement folk,  musique balkanique très cuivrée avec la belle voix triste et aérienne de Zach. L’album suivant  « Lon Gisland » poursuivait dans la même veine entre Arcade Fire, Neil Young et Goran Bregovic.

En 2007, Beirut est revenu avec une perle ciselée. Zach en vacances en France, tombe sous le charme suranné de nos vieilles chansons, de nos vieux films et tout un album lui vient en tête, « Flying Club Cup ».

Sortant des Balkans, Beirut rentre de plain pied dans notre folk 50’s à nous avec sa batterie d’instruments de tous horizons (ukulélé, accordéon, trombone, trompette…etc), sa sensibilité, sa poésie. Ce mélange aurait pu faire tomber le groupe dans le cliché « Vieille France » mais Zach Condon fait suffisamment preuve de finesse et d’originalité pour apporter sa touche folk à un romantisme tout français. Il faut dire qu’il colle super bien à  l’image du jeune poète parisien, avec son look Rimbaldien un peu bohême qui fait craquer les filles. Servi par son physique de rebelle romantique donc mais avec le talent d’un écrivain allié à celui d’un chef d’orchestre, comme vous pourrez le constater sur la vidéo. Cela nous donne un  album superbe, mélancolique aux ambiances cinématographiques, avec toute la verve d’un Arcade Fire, mais avec légéreté.

Beirut, c’est tout le bonheur de la mondialisation musicale !

A voir le tube magnifique « Nantes » joué dans la rue et filmé par les gens de la Blogothèque :

D’autres titres live sur le super site de la blogothèque :

http://www.blogotheque.net/article.php3?id_article=3445

Le site de Beirut :  http://www.beirutband.com/

Sur Myspace : http://www.myspace.com/beruit

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :