Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for août 2009

affiche1woodstockPtitApogée du mouvement hippie, acmé du Flower Power, le Festival de Woodstock eut lieu exactement du 15 au 18 août 1969, à Bethel, dans l’état de New York, comté de Sullivan, pas très loin d’un village nommé Woodstock. Comme Woodstock sonnait mieux, les organisateurs  baptisèrent leur festival : Woodstock Music and Art Fair.

Le festival est une idée de Michael Lang, jeune producteur qui souhaitait financer son propre studio d’enregistrement en organisant un grand rassemblement musical. Epaulé par son ami Artie Kornfeld, vice président de Capitol Records et de deux riches entrepreneurs new yorkais, il loue White Lake, le domaine agricole d’un agriculteur de Bethel. Sur ces 243 hectares vont ainsi se dérouler le plus gros festival de l’époque.

On connait la suite, Woodstock va attirer 450 000 personnes, attirés par l’affiche exceptionnelle et aussi par les récits de précédents festivals hippies comme celui de Monterey durant le Summer of Love de 1967. De grands moments aujourd’hui immortalisés dans plusieurs documents dont le splendide coffret 4 CD : Woodstock, 3 days of peace & music paru chez Atco ou bien en DVD : Woodstock, 3 jours de paix et de musique paru chez Warner.

Parmi ces grands moments, les solos de guitare d’Alvin Lee et son Ten Years After, les harmonies vocales de Crosby, Stills, Nash & Young, les moulinets rageurs de Pete Townshend et ses Who, le réveil halluciné des festivaliers par le maitre es 6 cordes Jimmy Hendrix,  les volutes musicaux psychédéliques des Jefferson Airplane, Joe Cocker qui lâche les chevaux, Country Joe remonté qui fait scander FUCK au public…etc

Mais pour moi, Woodstock, c’est Richie Havens qui assure tout seul l’ouverture du festival alors que tous les zicos sont coincés dans les embouteillages monstres ! Terrorisé, lui qui ne voulait surtout pas y aller en premier,  il envoie tout son répertoire et plus encore pendant 2h45 d’anthologie. Au bout du 6ème rappel alors qu’il ne sait plus quoi inventer et que Tim Hardin est trop défonçé en coulisse pour prendre sa suite, Richie change une corde, réfléchit et attaque une longue impro devant ses musiciens hilares. C’est à ce moment qu’il se souvient d’un vieux  gospel de son enfance « Motherless Child » qu’il va transformer en un folk furieux d’anthologie…que voici en vidéo ! L’histoire raconte que Country Joe McDonald arriva en hélicoptère pendant le morceau, juste à temps pour relever un Richie Havens épuisé!!! Joyeux anniversaire à tous les vieux hippies, les vrais, les purs !

La prog de Woodstock :

Le 15/08/1969 : Dans l’ordre d’apparition

Richie HavensCountry Joe McDonald – John B. Sebastian – Sweetwater – Incredible String Band – Incredible String Band – Tim Hardin – Ravi Shankar – Melanie – Arlo Guthrie – Joan Baez

Le 16/08/1969 : Dans l’ordre d’apparition

– Quill – Keef Hartley Band – Santana – Canned Heat – Grateful Dead – Mountain – Creedence Clearwater Revival – Sly & The Family Stone – Janis Joplin – The Who

Le 17/08/1969 et le 18 (au petit matin)  : Dans l’ordre d’apparition

– Jefferson Airplane – Joe Cocker – Country Joe & The Fish – Ten Years After – The Band – Blood Sweat And Tears – Johnny Winter – Crosby, Stills, Nash & Young – Paul Butterfield Blues Band – Sha-Na-Na – Jimi Hendrix (The Gypsy Sun & Rainbows Band)

Publicités

Read Full Post »

magali_legerMagali Léger est la soprano française qui monte. Repérée par le grand public grâce à une Victoire de la Musique Classique en 2002, elle a fait son chemin en interprêtant un répértoire de plus en plus large. De Schoenberg à Rameau, de classique en baroque, elle virevolte de sa voix de soprano léger et va de rôles en rôles, étonnant et charmant tous ses auditoires. Je vous en parle ici parce que son dernier disque est une splendeur !  » Motetti e sonate da chiesa » reprend quelques chants sacrés de Haendel, un Gloria, un Salve Regina entre autres, à tomber à genoux ! Magali Léger a la voix d’un ange, agile, claire, ample et riche et fait tant et si bien qu’elle réveillerait des pulsions chrétiennes chez le plus matérialiste des agnostiques…en clair, il n’en faudrait pas beaucoup plus pour que je retourne à la messe ! Si vous voulez connaitre le frisson mystique, je vous conseille donc, non sans malice bande de mécréants, de vous procurer  » Motetti e sonate da chiesa » de Georg Friedrich Haendel par l’ensemble RosaSolis et Magali Léger, paru en 2009 chez Pavane Records.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :