Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2009

Cold wave XXL

Dernière réplique du tsunami post-punk des 70’s, The XX. Groupe de 4 londoniens de 20 ans, à peine sorti du lycée qui navigue entre synth-pop et cold wave, le tout produit et arrangé de fort belle manière par Jamie Smith, master es machines du groupe.

On peut sentir dans leur musique des influences diverses, une guitare très « Durutti Column », un chant féminin à la « Young Marble Giant », des ambiances très « Cocteau Twins ». C’est mélancolique, ça sent le fog londonien mais sans tomber dans la nostalgie. The XX compose de belles mélodies et l’apport des programmations, groovebox et autres synthés sauve leur musique de la redite néo new wave. A conseiller donc comme groupe de la rentrée !

Read Full Post »

Epidémie Klezmer

CoverZaraza

Zaraza en polonais signifie « épidémie » et vous allez être contaminé par la musique de cet ensemble hollandais ! La musique klezmer est la tradition musicale des juifs d’Europe centrale et ces musiciens en reprennent la fougue et la mélancolie tout en les portant à leur paroxysme dans une sarabande folle. Le dessinateur Joann Sfar qui signe la pochette de l’album fait mouche, quand il dit d’Amsterdam Klezmer Band, qu’il sont les Pogues en Klezmer.

Entre fanfares balkaniques, traditions ottomanes, slaves, tziganes et juives,  Zaraza est une invitation au voyage, à la danse, à la fête et surtout à la fraternité !

Read Full Post »

La Fête de l’Huma 2009 restera un grand crû. Une affluence record le vendredi avec pas loin de 90 000 personnes devant la grande scêne pour accueillir la star alternativo-altermondialiste Manu Chao et son Radio Bemba.

Vendredi 12 septembre, 20h00, première partie groovy de Keziah Jones. Échauffement idéal tout en souplesse avant la furia latina, Keziah déroule un set funky et décontracté qui fait rouler les hanches d’un public ravi par les petites phrases en français. Une reprise de Hendrix et quelques tubes plus loin, l’homme aux doigts d’or pose sa guitare, lève le poing et salue, avant de laisser la place libre à un speaker limite inquiet devant la marée humaine qui afflue par vagues.

21h40, pile à l’heure, les beats de Radio Bemba retentissent, en fond de scène, on aperçoit un Manu électrique qui sautille avant de courir prendre le micro sous l’ovation de la foule. Une foule serrée et compacte qui tangue et qui déborde, en crue, inondant jusqu’aux stands et allées de la fête. Il faut prendre son courage à deux mains pour se jeter dans la bataille et accéder aux premiers rangs en fusion. Et là, c’est le volcan, on oublie tout, la foule exulte, éructe. Chao en chaman indien porte ses fans vers la transe. Pendant 1h40, rendus à des instincts primitifs, on se laisse emporter dans une danse tribale, collés, soudés les uns aux autres. Heures folles où l’on reprend les mots lancés par Manu jusqu’à l’aphonie…

Musicalement, pour ne pas tomber dans la béatitude, on regrettera l’absence de la moitié du groupe. Absence compensée par la fougue et l’expérience des artistes mais bon, deux ou trois cuivres en plus, quelques chœurs plus enlevés et la fiesta aurait été démente !

Malgré tout,  je sors de ce live, rinçé, vidé, muet, sourd mais heureux et conscient d’avoir vécu un grand moment, de ces moments qui marquent une vie. La fête de l’huma, un concert de Manu Chao et on reprend conscience et confiance dans la puissance d’un collectif soudé par l’humanisme.

Read Full Post »

Stone again !

stonerosesSéquence nostalgia, je vais en faire pleurer plus d’un je le sens !

Il y a 20 ans, sortait un des plus grands albums de rock de tous les temps. Stone Roses, avec son album éponyme, mettait un terme brillantissime aux années 80 et annonçait des 90’s psychédéliques à souhait. Parfaite synthèse entre Joy Division et New Order, entre deux époques,  les mancuniens allaient extasier le tout Madchester avec un premier LP inimaginable…

Des coupes au bol jusqu’aux jeans baggy, des t-shirts colorés aux pupilles dilatées, des pédales wah-wah aux rythmes funks et psychés, les Stone Roses allaient influencer tout le courant indie pop à venir…les 90’s ne s’en remettraient jamais tout à fait !

Souvenir souvenir, on remet les compteurs sur l’été 1989, c’est parti Marty !

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :