Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2011

Mais qui est ce Wally Badarou ? WTF ? Voici la question que je me suis posée lorsque je suis tombé sur « Echoes », un cd égaré au fond d’un tiroir d’une réserve à galettes de ma médiathèque. Avant toute chose, curieux comme pas deux, je pose la galette dans la Marantz et j’écoute le groove synthétique qui sort des Mordaunt-Short. 1983, je connais ce son de synthé qui me fait le coup de la madeleine de Marcel…qu’est ce que c’est que ce truc qui claque ? Merci Wikipédia, je découvre le personnage et me rends compte que son synthé fait partie de la mémoire collective, de la caste ultra-select de ceux qui ont façonné le son des 80’s.

D’origine Béninoise, Wally Badarou est né à Paris en 1955. Clavieriste de studio fort talentueux, spécialisé dans les synthétiseurs, son avant-gardisme en font un pilier des studios de l’écurie Island. Proche de Chris Blackwell, il va ainsi participer à la genèse d’albums de Joe Cocker, Mick Jagger ou Grace Jones. Adoubé par des pointures telles qu’Herbie Hancock, David Byrne, il se lance dans une prolifique carrière de producteur pour Manu Dibango, Fela Kuti, Trilok Gurtu ou encore Salif Keita. Tout autant que Peter Gabriel, Badarou aura participé activement à l’essor de la world music.

Mais Badarou s’est surtout illustré au sein du Level 42. Connu comme le 5ème homme du groupe et bien que co-producteur et co-auteur,  il est resté dans l’ombre, tout en construisant le son luxuriant et identifiable entre mille du combo jazz-funk, véritable pierre angulaire des 80’s.

Très prolifique et inventif, Badarou trouvait encore le temps d’enregistrer de très bons albums. Plus libre qu’au sein de Level 42, moins corseté que dans son travail pour Islands Records, c’est en solo qu’il donna sa pleine mesure, avec notamment ce fabuleux album « Echoes », pépite de l’année 1983 ! Tout autant méconnu et sous estimé que des architectes essentiels du son des 80’s, tels que David Sylvian,  Ryuichi Sakamoto, Phil Oakey ou John Foxx, Wally Badarou poursuit ses carrières, solo,  de musicien, de producteur, de compositeur de musique de films sans esbrouffe tout en marquant de sa patte l’histoire de la musique !

Jettez vous sur sa discographie, il continue à sortir des projets ambitieux et rafraichissants à nos oreilles blasées par une actualité bien falote. Je vous conseille un petit tour sur son Myspace.

Ah et puis, j’allais oublier…vous connaissiez de toute façon Wally Badarou, comme moi peut être, sans le savoir… avec Mambo, titre magnifique de l’album Echoes. Ce titre a été samplé par…mais non, je ne vous fais pas l’affront d’en dire plus… 😉

Mambo / Wally Badarou. Extrait de Echoes. Island Records, 1983.

Une des compositions de Badarou pour Level 42 : « Turn it on » sur le premier album éponyme :

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :