Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juin 2012

Le plus ennuyeux avec les concerts des Dropkicks, c’est qu’on sait que c’était génial mais généralement on ne se souvient de rien…

Heureusement pour nous, ARTE, la chaine du neurone sain, a pensé à tout et a capté la fanfare irlando-américaine au Hellfest 2012 !

A ARTE les vieux punks reconnaissants !

PS : En plus de ce live des plus furieux, vous retrouverez sur ARTE Live Web d’autres extraits du Hellfest 2012 avec d’excellents live de Napalm Death, Channel Zero, Girlschool, Sebastian Bach ou Bukowski. Il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges…

http://liveweb.arte.tv/fr/video/Hellfest_Dropkick_Murphys/

Read Full Post »

Here me roar

 

Juste au moment où je me demandais ce que devenaient les ténébreux indie boys de « The National », je fus surpris d’entendre la voix profonde et mélancolique de « Matt Berninger » dans le final du 9ème épisode de la déjà cultissimme saison 2 de « Game of Thrones » !

Bref rappel pour ceux qui ne connaissent pas Game of Thrones. C’est une série tv adaptée des romans fantasy de « George R.R. Martin« , en français la saga « Le Trône de Fer ».

Bref rappel pour ceux qui ne connaissent pas « The National« . C’est un groupe américain d’indie pop, les meilleurs actuellement dans le genre.

La diffusion de la deuxième saison de « Game of Thrones » vient de s’achever aux USA et la B.O.F. vient tout juste de sortir, ce 19 juin 2012. La musique instrumentale en est composée par le compositeur iranien Ramin Djawadi plus connu pour la BO d’Iron Man et accessoirement assistant du célèbre compositeur Hans Zimmer.

Sur cette BO, le seul titre chanté est donc « The Rains of Castamere » par « The National ». On s’en fout, pourquoi tu t’excites comme ça, me direz-vous ? Et bien tout simplement parce que pour un fan de cette saga, cette chanson représente tout le romantisme médievalo-poétique de l’univers de George R. R. Martin. Disons que c’est comme si « The Dubliners » avaient repris la chanson de « Tom Bombadil » ou « Led Zeppelin » « The Treebeard’s Song » du Seigneur des Anneaux !

Cette chanson a une signification particulière, dans la série de romans, que ne peuvent saisir totalement les simples spectateurs de la série TV. « The Rains of Castamere » est une chanson à la gloire de la famille Lannister et sympbolise la puissance et la férocité de son patriarche Tywin. De la plume de Martin lui-même elle est simplement superbe.

« The Rains of Castamere »

And who are you, the proud lord said,
that I must bow so low?
Only a cat of a different coat,
That’s all the truth I know.
In a coat of gold or a coat of red,
A lion still has claws,
And mine are long and sharp, my lord,
As long and sharp as yours.
And so he spoke, and so he spoke,
That lord of Castamere,
But now the rains weep o’er his hall,
With no one there to hear.
Yes now the rains weep o’er his hall,
And not a soul to hear.
And so he spoke, and so he spoke,
That lord of Castamere,
But now the rains weep o’er his hall,
With no one there to hear.
Yes now the rains weep o’er his hall,
And not a soul to hear.

Read Full Post »

The Cure, line up 1980, Smith, Tolhurst, Gallup, Hartley

Je sais que ce blog est suivi par pas mal de fans de The Cure, alors j’en profite pour faire un brin d’autopromotion pour mon Scoop.it! spécial The Cure : « The Hanging Garden ».

Scoop.it! est une plateforme de curation qui permet d’organiser une veille automatisée sur des sujets précis comme ici le groupe The Cure. Vous y trouverez donc une sélection de tous les liens, news, scoops, mise à jour de tout ce qui concerne notre groupe préféré ! Un simple clic dans chaque petite fenêtre contenant les infos vous redirige sur les sites contenant les scoops. The Hanging Garden vous permettra donc de voir d’un coup d’oeil toute l’actu du groupe.

Au menu ce lundi, un lien vers un superbe bootleg d’Avril 1980 déniché sur le site Playsound. Printemps 1980, The Cure assure sa première tournée américaine pour la promo de « Seventeen Seconds ». On retrouve sur cet excellent enregistrement, Robert Smith accompagné de Simon Gallup à la basse, Lol Tolhurst à la batterie et Mathieu Hartley aux claviers.

Allez Marty, grimpe dans la De Lorean direction Cherry Hill dans le New Jersey, compteur bloqué sur le 10 avril 1980 !!!

http://www.scoop.it/t/the-hanging-garden

Read Full Post »

Blue Moon

Acoquiné avec des gars du septet de Wynton Marsalis, des mecs réglos comme on en fait plus,  Ahmad Jamal est de retour façon poids lourd avec « Blue Moon », méchante synthèse tradition/modernité. Il nous donne à entendre exactement ce que l’on veut quand on pose un disque de jazz sur une platine : du swing, du groove, de l’inventivité, des sentiers sinueux emplis de découverte et une atmosphère. Chapeau Mister Jamal !

Read Full Post »

Connaissant mon oreille très 80’s, un ami m’a passé un album de Masquer, groupe suédois inconnu sur mes tablettes. J’ai pris immédiatement une gifle, un peu la même que celle administrée par le premier album d’ Editors.

Masquer est un groupe suédois, basé à Stockholm. Composé par un duo mixte, Kicki Halmos au chant et claviers avec Pelle Lundqvist à la guitare, ils produisent ce que l’on peut qualifier de dream pop lo-fi à couleur new wave.

Ce qui frappe immédiatement à la première écoute, c’est la voix charismatique, habitée, presque hantée de Kicki. Idéale pour ce genre de musique, elle fait beaucoup penser à un mix de Pj. Harvey, Liz Fraser ( Cocteau Twins),  Tanya Donelly ( Belly) et de Siouxsie Sioux ( Siouxsie & the Banshees). Son acolyte Pelle a lui un petit son de guitare bien sympa, en lignes claires, réverb à donf façon Vinny Reilly ( Durutti Column). Si on reprend le tout, à l’écoute, on obtient donc une synthèse de tout ce qui s’est fait de mieux dans la pop des 80’s-90’s.

Sur « Cover my face as the animal cry », Masquer réussit en effet la prouesse de faire oublier instantanément tous les groupes actuels formant cette cohorte agaçante du revival 80’s. En toute fraicheur et légèretée, Kicki brosse des tableaux cold wave que n’aurait pas renié non plus Robert Smith. En effet, la filiation semble évidente avec The Cure, notamment au niveau des mélodies soulignées aux synthés.

On pourra certes hurler à la redite voir au plagiat mais je pense qu’ici un vrai travail de composition a été réalisé, un univers a été créé qui ne demande qu’à s’épanouir, mûrir et s’affirmer. Masquer est parvenu à la synthèse de toute la musique que j’aime, comme avant lui Interpol et Editors, je leur souhaite le même parcours. En attendant,j’en ai déjà fait mon disque de l’été !

« Cover my face as the animal cry » est sorti en automne 2011 chez MSQR Records. Et pour vous convaincre que je ne suis pas totalement sénile,  voici le tube imparable de l’album « Happiness » :

http://masquer.bandcamp.com/

http://www.myspace.com/masquerstockholm/music

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :