Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Chanson’ Category

o-FEU-CHATTERTON-facebook

 

 

 

 

 

 

 

2012, « Feu ! Chatterton« , très jeune quintette rock parisien, sort sa première composition en vidéo sur Youtube et pique la curiosité. Leur maturité musicale est étonnante, leurs textes français bien troussés tranchent avec les facilités du « rock français contemporain ». On sent un univers littéraire et esthétique riche et pensé, des bases musicales solides.

 

 

De ce premier acte prometteur, il fallut attendre deux ans pour avoir la suite, peut être juste ce qu’il fallait pour transformer l’essai.

2014, « Feu ! Chatterton » sort son premier EP éponyme et on en découvre plus sur ce chanteur, Arthur, « Des Esseintes » moderne tout droit sorti d’un roman de « Huysmans ». Signature vocale particulière, si son allure et son prénom nous font penser de suite à « Arthur H. », sa voix et sa diction le rapprochent plutôt de « Christian Décamps« , du jeune « Gainsbourg » ou du « Bashung » de « L’Imprudence ».

Les quatre musiciens accompagnent impeccablement leur interprète d’un post-punk classieux que n’auraient pas reniés le « Kat Onoma »  de « Rodolphe Burger » ou le « Television » de « Tom Verlaine ».

Chatterton, Verlaine, Huysmans, Décamps, Bashung, Burger, Gainsbourg…vous voyez ou je veux en venir…on a affaire ici à un rock lettré, francophone qui s’assume et qui lève l’étendard d’une langue riche sans s’effrayer de guitares anguleuses ni de rythmiques métronomiques.

Quel bonheur de retrouver les délices d’un véritable rock français, sombre, incarné, incandescent, romantique !

 

Publicités

Read Full Post »

francois_pianoombre

Piano Ombre est un disque de pop légère, fluide qui cache une noirceur menaçante. C’est exactement tout ce qui me touche dans une œuvre artistique, le décalage, les chausses-trappes, les double-fonds et les trompe-l’œil.

François Marry, leader de Frànçois and The Atlas Mountains, propose à nos oreilles blasées, « Piano Ombre« , un nouveau disque de pop francophone classieux, très bien arrangé et orchestré finement. Éditè chez les anglais indie du label Domino Records, excusez du peu mais c’est quand même le label de Robert Wyatt…, F&AM avaient beaucoup à prouver après la hype entourant leur précédent album : « E Volo Love ». Beaucoup moins sous influence « world music » que le précédent, « Piano Ombre » trouve un équilibre entre tradition pop orchestrale 60’s, rythmiques ethniques, son électronique 80’s et chanson française moderne.

Piano Ombre est un disque facile d’accès, de prime abord, mais qui au fil des écoutes, se révèle de plus en plus complexe. La première écoute vous laisse surfer sur une vague rêveuse mais peu à peu l’univers de F& AM s’ouvre à nous à mesure que nous pénétrons dans ces bois inquiétants. F&AM ne cherche pas la fille dans la forêt, la fille il l’a déjà perdue même si Robert Smith n’est pas loin.

Moins symboliste qu’un Lescop, plus romantique, l’écriture de Frànçois est magnifique comme sur « La Fille aux cheveux de soie » et c’est là un autre intérêt de l’album, les paroles collent à la musique lui faisant passer une seconde dimension. De la nostalgie, du romantisme, de la tristesse mais également des éclaircies et des moments de grâce, F&AM réussit le tour de force de susciter une grande variété de sentiments en un seul disque mais sans la lourdeur ni les grosses ficelles des habituelles productions rock françaises.

Surtout, F&AM a le mérite de tracer son propre chemin sans de trop évidentes influences, sans ce travers des productions pop indie caméléons actuelles, ersatz d’un passé glorieux que l’on entend trop souvent dans notre hexagone…

La Fille aux cheveux de soie / F&AM

Read Full Post »

Daran balanceQuelle soirée, que d’émotions pour moi hier soir ! Bénévole occasionnel à la Maison de la Culture et des Loisirs de Gérardmer, j’avais répondu samedi, à l’appel de Marc Genatio, programmateur en chef de ce petit caf-conc sans pareil dans les Hautes-Vosges.

La MCL géromoise recevait une véritable pointure ce 15 Novembre, en la personne de Daran. Les habitués de ce blog savent en quelle estime je tiens Mister Daran, j’ai déjà eu en effet l’occasion de dire ici ou que je le considérais comme le meilleur interprète de rock français en activité.

Appelé à officier aux fourneaux, histoire de nourrir une assemblée sympathique de musiciens, techniciens et membres de l’équipe MCL , j’ai donc eu l’occasion de pouvoir observer de près mon idole, toute réserve et discrétion gardée bien entendu. Après avoir concocté un petit repas avec l’aide d’une équipière de choc et de charme (la Meuse en force), nous avons ainsi pu assister à une soirée de musique exceptionnelle dans les meilleures conditions.

Fergessen

A 21h30 tapante, le duo de feu Fergessen attaquait la première partie par la face Nord, devant un parterre à l’énergie communicative. Quelque peu estomaqués par la présence d’un public dense, proche, à l’écoute, avide de partage musical, David et Michaela, tendus mais généreux dans l’effort, laissaient peu à peu le trac se diluer dans leurs arabesques vocales. Et le couple de partir dans un sensuel dialogue, tango musical à fleur de peau faisant monter la température d’une salle en ébullition. Portés par la ferveur d’une assistance conquise, Fergessen largua les voiles et déroula les meilleurs titres de Far Est, son dernier album. Rarement première partie nous sembla aussi courte et malgré la demande insistante d’un bis, Fergessen céda la place, contrat rempli, libérant cette foule surchauffée, prête à embarquer sur le vaisseau du pêcheur de pierres !

21h45, Daran attaque la scène encadré de son gang de fieffés québécois, ovationné par une salle totalement acquise. Sobre, incisif, sans esbrouffe mais toujours sur le fil du rasoir, Daran nous saisit avec douceur, nous décolle du sol et nous embarque dans sa nouvelle aventure : « L’Homme dont les bras sont des branches ». Les magnifiques compositions du dernier album vont s’enchainer, portées par une formation impeccable. Sur des titres splendides comme « Il y a un animal » ou le « Hall de l’Hôtel », Daran atteint les sommets du Bashung de la Tournée des Grands Espaces. Dans ces moments là, je serre les dents, ça commence à déborder…

IMG_1683

Mais le boxeur a trouvé la faille, il redouble d’effort, travaille au coeur, aux tripes. Il va vite faire sauter les barrières, les carapaces cèdent et quand retentissent les chefs d’œuvres par vagues alternées,  « Olivia », « Anatomique », « Augustin et Anita », « Dormir dehors » l’audience est transportée depuis longtemps, en orbite courbe au dessus du Hohneck ! Pour ma part, je n’ai pu  retenir quelques larmes tant cette musique me parle et me renvoie à ce que je suis profondément. C’est à ça que l’on reconnait un vrai chanteur populaire et talentueux, éveiller des émotions dans le cœur des gens. Mais attention, pas de ces sentiments faciles manipulés par les grosses ficelles du barnum pop music, on est pas dans la variéte.

Non, l’œuvre de Daran est profonde, elle fait sens dans ce  qu’elle révèle de notre humanité et de la dualité inhérente à notre mortelle condition. Et c’est en cela que ce chanteur est un véritable artiste, des heures après son passage, nous sommes encore habités de son art. Prométhée contemporain, il nous a transmis un savoir divin, introspectif, comme si de rien n’était. Et ses paroles ont une incidence, elles pointent nos contradictions, nous placent devant nos responsabilités, nous qui sommes tellement infantilisés par ailleurs.

Surtout, et je sais que c’est quelque chose que je partage avec nombre de fans de Daran, je n’en serais pas là aujourd’hui, à tant aimer la vie, si je n’avais pas été porté, dans les sales moments, par sa musique. Au bord du gouffre, une simple note, un vers, un cri sincère dans un micro peuvent vous empêcher de dévisser et tout cela je l’ai trouvé dans les disques de Jean-Jacques Daran. Voila.

IMG_1707

Chanter, rêver, pleurer, rire, partager, communier, crier, danser puis reprendre la route seul, dans la nuit, s’arrêter prendre un verre dans un vieux rade de village, la tête pleine de musique, l’âme entière résonnant de ces vibrations chamaniques, la chevelure de Michaela dansant au rythme de son tambourin, David attisant le feu du duende, Daran et sa douleur sourde rayonnant dans un cri déchirant, le son d’une Fender Jazzmaster morriconienne…messieurs madame, vous avez tatoués mon âme et pour tout ça merci beaucoup.

Merci beaucoup à l’équipe de la MCL Gérardmer de nous avoir permis de vivre ces moments de grâce.

Un dernier petit aperçu de Daran live, je ne lui ferai pas l’affront d’une vidéo iphone au son tout pourrave, voici le teaser officiel 😉

Bonus tracks : Une vidéo du concert de Gérardmer, filmée par M. Phil Soup (merci à toi), Daran chante « Le Hall de l’hôtel », fin du concert, juste avant les nombreux rappels :

Read Full Post »

© Pierre Gable

© Pierre Gable

Aujourd’hui je voudrais faire passer un gros coup de coeur pour le duo folk-rock vosgien Fergessen.

Fergessen est né d’une vibration, celle des voix de Michaëla et David qui se croisent et s’entremêlent si joliment. Après quelques galères parisiennes, le couple de musiciens est venu trouver refuge au pied du massif vosgien afin de travailler sur son second album. « Far Est » qui sortira le 21 octobre, a été entièrement autoproduit, et financé, en partie, par la plateforme de crowdfunding Kiss Kiss Bank Bank.

Sur cet album, le duo s’est entouré d’un batteur (Julien Rousset), d’un bassiste (Pierre Bernard) et de Stéphane Bonnaci (Melismell, Tchéky Karyo) à la guitare et à la co production. Comme sur le premier album « Les Accords tacites« , l’accent est mis sur la qualité des textes, travaillés, poétiques sans être pompiers ou maniérés. Musicalement, on oscille toujours entre folk, chanson et pop, dans une tradition de rock à la française. Du rock français ? Non ne fuyez pas, on est ici clairement dans les traces de Dominique A. ou celles de Daran pas dans d’obscurs ersatz de Téléphone ou Noir Désir.

Sur son site, Fergessen nous laisse peu à peu entrevoir le résultat de son travail sur « Far Est ». Un album enregistré à domicile, dans la chaleur d’un foyer, avec des amis complices conquis par le projet. Ici on est loin de la production aseptisée du premier album, le son est organique, il palpite comme leurs palpitants, pour paraphraser l’un des singles de l’album. Les deux voix sont mixées très en avant, imbriquées l’une dans l’autre de façon très sensuelle ; elles raviront les amateurs de grain vocal. Les atmosphères sont dignes de ce que l’on peut attendre d’un album enregistré au pied de la montagne de Vosegus, à l’image du dieu des celtes vosgiens, sombres, sauvages et mystérieuses. Il y a de la transe, de la pulsation, de la vibration dans la musique de Fergessen. Cela donne une touche hypnotique et apaisante à  leur folk-rock somme toute basique dans sa forme mais surement pas dans son fond !

Surtout, grâce à cette production maison sans trop d’artifices ou de vieilles recettes d’ingé-son blasés, on pressent à l’écoute de ces premiers extraits que Fergessen est taillé pour la scène. Du coup, on guettera avec impatience les dates d’une tournée prévue sur deux ans. En voici les prochaines dates, à ma connaissance :

27 septembre : EPINAL (88), festival « En attendant la souris verte ».
5 octobre : NANCY (54), festival « Nancy Jazz Poursuite ».
11 octobre : VITRY-LE-FRANCOIS, Le Claddagh.
9 novembre : METZ (57), showcase à la Face Cachée.
15 novembre : GERARDMER (88), 1re partie de DARAN, Maison de la Culture.
22 novembre : YVONAND (Suisse), le café sous la gare.
24 novembre : VESOUL (70), La promenade du Lac.
8 février 2014 : METZ (57), Maison de la Culture.

Je pointe ici surtout la date du 15 Novembre et le concert à la MCL de Gérardmer. Car avec une soirée autour de Fergessen puis de Daran, les gens de l’Est auront l’assurance de passer un moment mémorable dans l’intimité du café-concert de la Maison de la Culture géromoise. On se voit là bas alors ?

Nos palpitants / Fergessen

Read Full Post »

Eurocks

Alors que les Eurockéennes 2013 battent leur plein et fêtent leur 25ème anniversaire, l’équipe de Territoires de Musiques, organisatrice du festival, a mis en ligne un site précieux pour tous les fans des Eurocks.

Eurocks Memories vient en effet pallier à nos mémoires défaillantes pour nous rappeler les bons moments d’un quart de siècle de musique live au pied du Grand Ballon. Sur Eurocks Memories, vous retrouverez la prog détaillée des éditions 1989 à 2013, le tout agrémenté de photos, reportages télés extraits des archives de l’INA et de playlists Spotify permettant de redécouvrir des artistes aujourd’hui disparus des scènes.

Ainsi, le site nous offre un magnifique et nostalgique reportage sur la première édition de 1989. Distillant des images rares, ce document d’archive émouvant vous permettra de pouvoir revoir sur scène, Colette Magny  la reine du Blues français, un Charlélie Couture juvénile et un Jacques Higelin flamboyant !

http://www.ina.fr/video/DXC9706060949

 

Read Full Post »

castelhemis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est mort dans l’indifférence générale le 08 Avril 2013, quelques brèves dans la presse bretonne (Merci Ouest France) et le silence médiatique s’est refermé sur un des chanteurs folk français les plus attachants des années 80.

Son nom, Philippe Laboudigue alias Castelhemis. A son actif, 6 albums dont 3 vraiment indispensables à tous les amateurs de folk et de chansons engagées et poétiques :

 

Armes Inégales, 1979, sorti chez CEZAME

armes_inégales

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Croisés, 1980,chez  CEZAME également

mots_croisés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N’importe quelle sorte d’amour, 1982, chez CEZAME

nqsa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il aurait pu largement faire la carrière d’un Cabrel mais ses engagements anti-nucléaire, anti-militariste et son positionnement critique face à l’industrie culturelle, aux médias l’ont largement marginalisé malgré la qualité de ses chansons. Pas assez putassier pour faire le beau à la télévision, il n’a pas eu le courage et l’acharnement d’un Thiéfaine et a tourné la page de sa carrière musicale en 1988, laissant derrière lui toute une communauté de fans se passant religieusement sur K7 audio, les rares copies des mythiques premiers albums.

Quasiment pas édité en CD, si ce n’est une compilation et un dernier album dispensable, le souvenir de Castelhemis se transmet dans les soirées, quand un guitariste inspiré vous chante « Les Soldats » ou « Coco ».

De Castelhemis, je garderai ce souvenir de vendanges dans le Beaujolais, lorsqu’un gars du Puy de Dôme enchanta tout un dortoir avec son répertoire. Pour un instant, le jeune punk que j’étais alors, se prit à apprécier l’ambiance hippie style d’une communauté de babas, bien aidé en cela par une forte consommation de beaujolais village et de cigarettes roulées…mais passons…

Je vous invite à vous plonger dans la discographie du troubadour, on trouve pas mal de choses sur le net, notamment sur Dailymotion ou Youtube et également une compilation sur Grooveshark

Read Full Post »

En septembre 2000 à Vesoul, le Théatre Edwige Feuillère proposait dans ses murs un tout nouveau festival dédié à la chanson française et notamment à la jeune scène. Du 29 septembre au 14 octobre 2012, le Festival Jacques Brel fêtera sa 12ème édition avec une programmation magnifique. Entre grosses têtes d’affiches comme Arthur H et Camille, seconds couteaux affûtés tels Loïc Lantoine et François Hadji-Lazaro et jeunes pousses prometteuses comme l’excellent Manu Galure et le non moins talentueux Ben Mazué, les programmateurs nous ont brodé une affiche en dentelle de Luxeuil les Bains !

Mais le Festival Jacques Brel s’est aussi des concerts pour enfants où nos chers petits vont pouvoir écarquiller yeux et oreilles devant les impressionnants Pigalle…la chance !

Reprenant à son compte la mode des concerts à domicile, le Festival propose également Batlik en live direct from the canapé, façon fort amusante de découvrir un artiste. En venant faire un tour par chez nous, vous verrez également des artistes lâchés dans les rues, des concours de jeunes talents et surtout vous découvrirez la « dolce vita » vésulienne !

Plus d’infos par ici :

http://www.vesoul.fr/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=151&Itemid=187

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :