Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Folk’ Category

maxresdefault

Un concert de Daran c’est toujours un grand moment encore plus quand il se fait intimiste, acoustique, dans sa bulle. Sur la tournée 2015, il porte jusqu’à nous son nouvel album « Le Monde Perdu », en toute simplicité, guitare-harmonica-effets et voix, homme orchestre décharné mais incarné par ses personnages tantôt fantomatiques tantôt magnifiques. L’artiste s’efface de plus en plus au profit de son oeuvre, se dépouille des oripeaux du cirque rock & roll et c’est bienvenu car cela nous révèle puissamment l’interprète ainsi que la qualité des textes de Pierre-Yves Lebert.

Mais sur cette tournée, Daran a innové.

On lui connaît un intérêt pour le dessin, son album compilation « Couvert de poussière » était sorti en 2009 accompagné d’un album de BD dessiné par Michel Alzéal. Sur cet album, Alzéal dessinait une histoire originale par chanson. En 2010, il essaya d’aller plus loin dans le multimédia avec un concert BD au « Cabaret du Musée Juste pour rire », Alzéal tenta d’illustrer à mesure chaque chanson, une caméra au-dessus de sa table relayant le dessin. Le concept était là, inabouti, mais restait à l’améliorer.

Sur les concerts 2015, Daran emmène avec lui la dessinatrice Geneviève Gendron qui réussit la prouesse technique d’illustrer sur un écran graphique toutes les chansons de Daran, dessinant sur sa tablette graphique par dessus un film monté pour le spectacle. L’illustratrice  joue avec le film, intensifie, rebondit sur le flux d’images donnant de la substance au monde de Jean-Jacques Daran et lui, one man band, navigateur solitaire, aux commandes d’un vaisseau électro-acoustique emporte dans son sillage les âmes écorchées vives par ses conteries. On s’approche ici d’une oeuvre d’art totale, c’est l’immersion garantie hors du réel dans un espace temps qui n’appartient qu’à ces deux grands artistes !

Alors ne ratez pas les dernières apparitions françaises de ce spectacle époustouflant : le 07/12 à Paris dans le cadre du Festival Aurores Montréal, le 08/12 à Beaucourt dans le 90 et le 09 à Avignon au Capitole.

Read Full Post »

midlake

Disons le tout net, je n’attendais pas grand chose du prochain album de Midlake. 3 ans après un  » The Courage of others » encensé par la critique indie mais que j’avais trouvé trop pompeux et mélancolique, le groupe revient avec un cinquième album,  » Antiphon« . Je ne donnais pas cher de ce disque, surtout suite au départ de leur leader Tim Smith, mais force est de constater que nos musicologues texans ont su rebondir et se renouveler. Sortant d’un style folk progressif un rien pénible, les américains mettent la barre à fond vers le psychédélisme. Rien de bien original à l’ère du revival psyché californien me direz-vous…sauf que Midlake s’inspire ici beaucoup plus du space rock européen que de l’acid rock west coast. Le guitariste Eric Pulido reprend le micro avec talent et harmonise sa voix à merveille avec celles de ses compagnons. Les compositions sont bien emmenées, classiques mais magnifiées par une production impeccable. Pour sûr, nous sommes loin de l’indie lo-fi des débuts…

Antiphon est un disque planant, surranné, bien dans notre époque de musique vintage mais il soigne parfaitement les bleus et le vague à l’âme d’une actualité des plus déprimante tant il sait nous envelopper dans une bulle confortable. Voila pour moi, un des albums les plus planants de l’année 2013.

Read Full Post »

© Pierre Gable

© Pierre Gable

Aujourd’hui je voudrais faire passer un gros coup de coeur pour le duo folk-rock vosgien Fergessen.

Fergessen est né d’une vibration, celle des voix de Michaëla et David qui se croisent et s’entremêlent si joliment. Après quelques galères parisiennes, le couple de musiciens est venu trouver refuge au pied du massif vosgien afin de travailler sur son second album. « Far Est » qui sortira le 21 octobre, a été entièrement autoproduit, et financé, en partie, par la plateforme de crowdfunding Kiss Kiss Bank Bank.

Sur cet album, le duo s’est entouré d’un batteur (Julien Rousset), d’un bassiste (Pierre Bernard) et de Stéphane Bonnaci (Melismell, Tchéky Karyo) à la guitare et à la co production. Comme sur le premier album « Les Accords tacites« , l’accent est mis sur la qualité des textes, travaillés, poétiques sans être pompiers ou maniérés. Musicalement, on oscille toujours entre folk, chanson et pop, dans une tradition de rock à la française. Du rock français ? Non ne fuyez pas, on est ici clairement dans les traces de Dominique A. ou celles de Daran pas dans d’obscurs ersatz de Téléphone ou Noir Désir.

Sur son site, Fergessen nous laisse peu à peu entrevoir le résultat de son travail sur « Far Est ». Un album enregistré à domicile, dans la chaleur d’un foyer, avec des amis complices conquis par le projet. Ici on est loin de la production aseptisée du premier album, le son est organique, il palpite comme leurs palpitants, pour paraphraser l’un des singles de l’album. Les deux voix sont mixées très en avant, imbriquées l’une dans l’autre de façon très sensuelle ; elles raviront les amateurs de grain vocal. Les atmosphères sont dignes de ce que l’on peut attendre d’un album enregistré au pied de la montagne de Vosegus, à l’image du dieu des celtes vosgiens, sombres, sauvages et mystérieuses. Il y a de la transe, de la pulsation, de la vibration dans la musique de Fergessen. Cela donne une touche hypnotique et apaisante à  leur folk-rock somme toute basique dans sa forme mais surement pas dans son fond !

Surtout, grâce à cette production maison sans trop d’artifices ou de vieilles recettes d’ingé-son blasés, on pressent à l’écoute de ces premiers extraits que Fergessen est taillé pour la scène. Du coup, on guettera avec impatience les dates d’une tournée prévue sur deux ans. En voici les prochaines dates, à ma connaissance :

27 septembre : EPINAL (88), festival « En attendant la souris verte ».
5 octobre : NANCY (54), festival « Nancy Jazz Poursuite ».
11 octobre : VITRY-LE-FRANCOIS, Le Claddagh.
9 novembre : METZ (57), showcase à la Face Cachée.
15 novembre : GERARDMER (88), 1re partie de DARAN, Maison de la Culture.
22 novembre : YVONAND (Suisse), le café sous la gare.
24 novembre : VESOUL (70), La promenade du Lac.
8 février 2014 : METZ (57), Maison de la Culture.

Je pointe ici surtout la date du 15 Novembre et le concert à la MCL de Gérardmer. Car avec une soirée autour de Fergessen puis de Daran, les gens de l’Est auront l’assurance de passer un moment mémorable dans l’intimité du café-concert de la Maison de la Culture géromoise. On se voit là bas alors ?

Nos palpitants / Fergessen

Read Full Post »

castelhemis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est mort dans l’indifférence générale le 08 Avril 2013, quelques brèves dans la presse bretonne (Merci Ouest France) et le silence médiatique s’est refermé sur un des chanteurs folk français les plus attachants des années 80.

Son nom, Philippe Laboudigue alias Castelhemis. A son actif, 6 albums dont 3 vraiment indispensables à tous les amateurs de folk et de chansons engagées et poétiques :

 

Armes Inégales, 1979, sorti chez CEZAME

armes_inégales

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Croisés, 1980,chez  CEZAME également

mots_croisés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N’importe quelle sorte d’amour, 1982, chez CEZAME

nqsa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il aurait pu largement faire la carrière d’un Cabrel mais ses engagements anti-nucléaire, anti-militariste et son positionnement critique face à l’industrie culturelle, aux médias l’ont largement marginalisé malgré la qualité de ses chansons. Pas assez putassier pour faire le beau à la télévision, il n’a pas eu le courage et l’acharnement d’un Thiéfaine et a tourné la page de sa carrière musicale en 1988, laissant derrière lui toute une communauté de fans se passant religieusement sur K7 audio, les rares copies des mythiques premiers albums.

Quasiment pas édité en CD, si ce n’est une compilation et un dernier album dispensable, le souvenir de Castelhemis se transmet dans les soirées, quand un guitariste inspiré vous chante « Les Soldats » ou « Coco ».

De Castelhemis, je garderai ce souvenir de vendanges dans le Beaujolais, lorsqu’un gars du Puy de Dôme enchanta tout un dortoir avec son répertoire. Pour un instant, le jeune punk que j’étais alors, se prit à apprécier l’ambiance hippie style d’une communauté de babas, bien aidé en cela par une forte consommation de beaujolais village et de cigarettes roulées…mais passons…

Je vous invite à vous plonger dans la discographie du troubadour, on trouve pas mal de choses sur le net, notamment sur Dailymotion ou Youtube et également une compilation sur Grooveshark

Read Full Post »

Le groupe vosgien a participé fin juillet au tournage du film « Pour une femme » de Diane Kurys avec Benoit Magimel et Mélanie Thierry. Nous pourrons ainsi bientôt admirer nos aminches dans deux scènes de guinguette !
http://tourneegenerale.net/
https://www.facebook.com/pages/Tournée-Générale/

Read Full Post »

A l’heure de vous faire tous mes voeux pour cette nouvelle année, alors que dehors la tempête fait rage, quoi de mieux qu’un bon disque de folk en bois, rempli de douceur féminine ? Juste un petit disque sympa, pour se glisser sous la couverture avec sa squaw !

Le prézident l’a dit, les temps sont durs, c’est pas mariole alors avant que revienne le choléra, je vous conseille de vous pencher sur un splendide duo francilien à l’aube d’une grande carrière.

June & Lula, dans leur vingtaine pétillante, ces deux gourgandines harmonisent des mélodies de cow girls que ne renieraient pas  Alela Diane et Mariée Sioux. Certes l’accent est encore perfectible mais les voix, quelles voix, jeunes, mutines, fraîches, cristallines.

« Sixteen Times », leur premier album, paru aux Productions Mélodyn est riche d’atmosphères tantôt souriantes, tantôt mélancoliques. Derrière une apparente légèreté, les paroles sont remplies de références, de suggestions, de non-dits qui font que l’on y revient, pour gratter le vernis et découvrir la profondeur de deux artistes au talent en pleine éclosion. Surtout, et c’est l’échelle à laquelle on juge le mieux un artiste, c’est sur scène qu’elles impressionnent le plus. De leur passage triomphal à Vesoul, elles ont laissé un public émerveillé et conquis par la magie dégagée par ces deux sirènes. Il faut dire que peu de duos vocaux français sont capables de mélanger leurs voix aussi joliment, parole de chanteur amateur, c’est très fort !

Donc c’est avec June & Lula aujourd’hui, que je vous souhaite une belle année 2012, riche en découvertes et en aventures musicales !

Read Full Post »

Oubliez la saudade, la mélancolie, le fado, les femmes en noir ! Oquestrada envoie bouler tous les clichés portugais et en bon groupe de bal fait feu de tout bois. Avec son « Tasca Beat », le son de la paillotte, le petit bistrot du bord de mer, c’est la Lisbonne populaire qui explose en un feu d’artifice musical. Riche des mélanges d’un port ouvert sur l’Europe, l’Afrique et les Antilles, c’est tout Lisbonne qui guinche sur des accordéons musette, chaloupe une bossa nova langoureuse pour rebondir sur des accords de fanfare balkanique ! A la baguette, Oquestrada et la piquante Marta Mirandaqui va vite vous faire oublier la chute des températures automnales !

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :