Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Chanson française’

Révélée par son premier et magnifique album « L’Autre Bout du Monde », Emily Loizeau revient accompagnée d’une pléiade d’artistes pop comme Moriarty, Herman Dune ou chanson comme Fersen, Olivia Ruiz. Des personnalités qui collent bien à l’atmosphère onirique et poétique de ce pays sauvage. Un pays qui pourrait bien être le nouveau monde tant l’Amérique résonne dans la musique d’Emily, du folk au gospel, de la pop jusqu’à la country. La jolie brune est franco-britannique et ses racines métissées lui permettent de réaliser le parfait cross-over entre la chanson française et la pop britonne, comme si Georges Brassens faisait le boeuf avec Bob Dylan !

Voici donc, enfin, une chanteuse française qui groove, avec un grain de voix profond, sans le manièrisme d’une Camille ou la mollesse d’une Maurane. Elle a la classe, elle a la soul, les fêlures qui font les grands artistes, bref…allez écoutez ce lovely hippy brown bird !

J’ajoute un lien ici avec le site  de Taratata, juste pour le plaisir de partager ce grand moment de musique, le magique duo avec l’énorme Arthur H. sur la reprise de « Sweet Dreams », pfffff les frissons !

Publicités

Read Full Post »

Florent Marchet est  ce qui pouvait arriver de mieux à la chanson française. Il fait partie avec Arman Méliés, Albin de la Simone, Bertrand Betsch ou Bertrand Belin, de cette génération dorée de talent qui passe étrangement au travers des honneurs réservés à d’autres plus…comment dire…mais passons…

Il nous avait enchanté avec « Rio Baril », concept album racontant la vie par petites touches légères de Rio Baril, village imaginaire mais typiquement français. Cet album aux textes ciselés et aux atmosphères mélancolico-nostalgiques avait été co-écrit avec Arnaud Cathrine, jeune auteur imaginatif et plein de talent. Les deux acolytes récidivent. Après le concept album, le livre concept ! Ils sortent un roman musical « Frère Animal », un livre de 90 p contenant un cd puis en font un spectacle.

Voic ce qu’ils en disent sur le site d’ Arnaud Cathrine : « À première vue, Frère animal est un objet musical non identifié. C’est tout d’abord un livre écrit à quatre mains par Arnaud Cathrine et Florent Marchet. C’est aussi un album composé par Florent Marchet. Le tout paru sous forme de livre/disque en mars dernier aux Editions Verticales/Gallimard. C’est enfin un spectacle joué et interprété par les deux « frères », accompagnés de Valérie Leulliot (Autour de Lucie) et Nicolas Martel (Las Ondas Marteles). À la croisée du conte social et de la comédie musicale, c’est un concert, tout simplement, qui a pour décor le monde du travail. DRH, directeur marketing, cadre, ouvrier, chacun prend la parole et raconte la vie de l’entreprise moderne. Ils cherchent tous à survivre dans une jungle… qui vous rappellera sans doute quelque chose… »

Le livre est génial, le disque splendide et le spectacle tourne en ce moment en province. C’est mon coup de coeur du moment, foncez les yeux fermés !!!

En extrait vidéo, le clip promo :

En piqure de rappel, l’excellent « Rio Baril » à écouter d’urgence:



Read Full Post »

« 13 Aurores » de Jean Fauque est un pur moment de grâce, de la poésie accouchée du plastique, comme une rose sortie des enceintes. Peu connu sauf par les amateurs des livrets du Bashung, Jean Fauque peut être présenté comme le parolier de la plus belle chanson d’Alain Bashung : « La Nuit je mens ». Succédant à l’excellent Boris Bergman, Fauque a grandement collaboré aux meilleurs albums du rocker alsacien. Si je place en effet « Play Blessures » en tête dans le panthéon bashungien (l’album de la collaboration avec Gainsbourg, celui avec « Lavabo », « Martine boude », « Volontaire »…etc) Fauque est tout de même l’orfèvre qui a écrit le magnifique « Fantaisie militaire ».

Et voila qu’après des années dans l’obscurité, Jean Fauque sort son album solo, 13 perles en duo piano-voix, composées et jouées par Christian Gaubert, Baptiste Trotignon, Jean-Pierre Mas, Jo Kaiat, Alain Lanty et Michel Ghetti. En resort un album de chansons en clair obscur, Fauque chante presque en retrait de ses pianistes, il semble hésiter à se montrer, pudique, humilité qui tranche avec le cirque des égos de la chanson française. Cette retenue retient notre attention, on glisse sur les plages pianistiques et on se rattrape à la voix chaude et sereine du crooner de l’ombre.

Sur cet album, il y a des moments magiques ! A chaque fois que le grand pianiste Baptiste Trotignon s’assoit derrière le clavier, ce jeune et grand talent jazz français métamorphose les textes de Fauque et sort la rampe de lancement vers les nuées. Faites l’expérience, sans regarder le livret, écoutez les chansons et devinez celles qui sont jouées par Trotignon, c’est énorme comme il m’a envoyé loin…tellement loin que je suis sorti du travail 2 heures plus tôt, plus envie de bosser après avoir tant rêvé !!!! Franchement des albums de chanson française de cette qualité, cette année, il n’y en a pas eu des masses, si vous n’en écoutez que très peu comme moi, allez- y foncez !

Le Myspace de Fauque : http://www.myspace.com/jeanfauque

Myspace de Baptiste Trotignon, ça vaut le détour ! : http://www.myspace.com/baptistetrotignon

Je vous met la vidéo du titre tiré du répertoire de Marc Lavoine, « Ma Jonque jaune », ça vous donnera une belle idée de la couleur de l’album.

Read Full Post »

Tout aussi Perpignanais et tout aussi méritant que son encombrant voisin Cali, mettons un modeste coup de projo sur Balbino Medellin. Musicien dans l’âme, il tourne depuis plus de 10 ans quand il se fait connaitre par le biais d’une collaboration avec Sergent Garcia. Mano Solo doit le dénicher dans un bar du 18e entre Barbès et Clichy et lui propose de faire ses premières parties. Balbino participera même à l’album « Les Animals » de Mano, un de ses plus réussis.

Mano Solo, Mano Negra, la liaison est vite faite par Balbino qui mêle racines catalanes, espagnoles, parisiennes et balance « Gitan de Paname » en 2006, un excellent album de latino rock sec et nerveux comme les premières compos du Manu Chao. Tantôt alternatif à la Los Carayos, tantôt doux comme Mano Solo, gouailleur comme Hadji-Lazaro et engagé comme Lavilliers (un autre de ses célèbres parrains), Balbino Medellin est pour moi ce qui se fait de mieux en chanson francophone contemporaine, un mix de ce que représente la vraie société française, métissée, grande gueule, poètique avec pleins d’histoires à raconter.

Si j’en parle ici, c’est qu’il faut absolument que vous écoutiez et diffusiez autour de vous son dernier album : « Le Soleil et l’Ouvrier » qui est sorti en début d’année.

Allez voir et écouter un peu par là : http://www.myspace.com/balbinomedellin

Sinon en vidéos, le single du premier album « Gitan de Paname » qui présente bien l’oiseau

Et un extrait du dernier album, « Le Vent nous rattrape » :

Read Full Post »

Jan Fiévé ex chanteur du groupe de rock français eNola se produit depuis 2004 sous le pseudo Arman Méliès. Et ce Méliès là est digne de son homonyme cinéaste ! En trois albums, il a déja marqué de sa patte la pop française (ce que d’aucuns appellent la Nouvelle chanson française, terme qui ne veut rien dire au demeurant…) avec : Néons blancs & Asphaltine en 2004 ; Les Tortures volontaires en 2006 et enfin Casino en 2008.

Sur ces trois albums, il fait tout, multi-instrumentiste, auteur-compositeur-interprete-arrangeur. On a ici affaire à un artiste complet qui impose son univers lunaire, mélancolique et atmosphèrique.

Ses mélodies sont agrémentées d’arrangements toujours très fin qui font penser à des musiques de film des années 70. Les textes sont poétiques sans être obscurs ni trop lourds. Bashung ne s’y est pas trompé en l’invitant sur scène à ses cotés, puis en tant que collaborateur sur « Bleu Pétrole », où Arman Méliès signe sans doute la plus belle zic de l’album du vétéran alsacien!

Voila, dans ces nouveaux artistes hexagonaux, moi je met en tête de liste cet artiste là, pour sa classe, ses talents de mélodistes et tout ce qui me fait oublier les poseurs pompiers étiquettés « Nouvelle Chanson ».

http://www.myspace.com/armanmelies

http://www.armanmelies.com/

Read Full Post »

Les passionnés de Youtube et Dailymotion les connaissent déja bien, les deux marrants de « La Chanson du Dimanche » cartonnent sur le web depuis leur formation début 2007. Pourquoi j’en parle ici ? Parce qu’au début, je me suis dit qu’on était face à deux potaches qui se tapaient un délire comme tant d’autres avant eux…Oui mais Clément et Alec ne sont pas des dilettantes, ils assurent depuis plus d’un an et en sont déja à une quarantaine de chansons réparties en 3 saisons. Leur 3ème saison a commencé en mars 2008, ils donnent des concerts et vont sortir un dvd.

Le concept invariable, un look précis : chemise beige et bretelles rouges pour Clément et chemise verte, veste noire, cravate grise pour Alec ; des gimmicks : les chansons commencent toutes de la même façon, même placement, même positions ; des décors qui changent en fonction des thèmatiques.

Voila c’est drôle, ils ont innové en utilisant le net, ils ont un vrai talent de songwriters, pour moi ce sont les dignes héritiers des VRP.

Bidonnez vous bien !

Read Full Post »

Au rayon des sorties poids lourds de ce début d’année 2008 et notamment chez mes artistes français préférés, beaucoup de déceptions. En effet, Alain Bashung sort un « Bleu Pétrole » correct mais sans plus. Loin des deux derniers, les audacieux « Fantaisie Militaire » et « L’Imprudence », deux chefs d’œuvres inégalés dans sa longue carrière, « Bleu Pétrole » fait preuve d’une trop grande simplicité pop et d’un manque évident d’inspiration chez certains nouveaux collaborateurs du rockeur alsacien. On retiendra les collaborations avec Manset et c’est à peu près tout.

Bernard Lavilliers sort également un album en demi teinte, « Samedi soir à Beyrouth » n’égale pas lui non plus ses prédécesseurs. Il lui manque la flamme, le feu coulant dans les sillons de « Arrêt sur images » et « Carnets de bord ». Un petit coup de mou passager que l’on passe à ce grand voyageur des mots !

Dernier bémol, Daniel Darc et son « Amours Suprêmes », un titre en hommage au « Love Supreme » de Coltrane, un réference un peu trop ambitieuse au vu du résultat modeste de cet album. Darc tourne un peu en rond, ses mots sont toujours ciselés avec soin mais on est pas surpris car embarqués dans les mêmes thématiques que sur « Crêve coeur ». Frederic Lô semble aussi peiner à se renouveler musicalement, pas facile de mettre en musique la noirceur du poête maudit!!! On préférera donc toujours les vieux Taxi Girl comme « Seppuku » ou bien l’excellent « Nijinsky », album solo majeur du Darc.

Bon je critique mais qui aime bien châtie bien ! Ces trois gaillards sont bien loin devant tous leurs homologues hexagonaux, carrière exemplaire, démarche indé et aventureuse, rock’n’roll attitude sans faille, plume élégante et jamais complaisante. Je voulais juste remettre quelques pendules à l’heure ayant trouvé que l’on s’emballait un peu autour de ses albums.

Allez séquence souvenir avec quelques vidéos cultes tirées d’albums précités :

Darc:

Le Alain :

Le Bernard :

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :