Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Stoner’

WALL_OF_DEATH_01_RVB_640X290

Je l’ai attendu ce disque, ce n’est rien de le dire. Une année entière à guetter l’album qui allait squatter ma platine. Ce cd qui bouscule les autres et rentre direct n°1 de mon top 2012 s’appelle « Main Obsession« . C’est le chef d’œuvre de trois jeunes français signés chez Born Bad Records, le label des excellents Frustration, autre bon groupe français donnant dans le post-punk glacial.

Wall of Death s’est fait connaitre en faisant la première partie des Black Angels, éminent groupe stoner psychédélique américain qui les a embauché comme première partie officielle sur toute leur tournée. Pile au moment où le revival psychédélique explose, Wall of Death se retrouve à l’Austin Psych Fest, THE festival psyché US. Conte de fée moderne ou pas, les zicos US permettent à leurs amis français de bénéficier de l’aide de leur ingé son pour enregistrer cette perle lysergique qu’est « Main Obsession ».

Le résultat est brillant. Le trio guitare-claviers-batterie fait fuzz de tout bois avec un Farfisa démoniaque, des guitares shoegaze, une batterie stoner et des basses  synthétiques. L’impression planante est renforcée par une voix fortement réverbérée semblant venir de la tombe du regretté Syd Barrett. Bien sur le parallèle avec le Floyd  est évidente et Wall of Death ne s’en cache pas dès le premier morceau avec une citation en forme de clin d’oeil à David Gilmour. A son acid-rock basique, Wall of Death ajoute une pincée de shoegaze bien noisy et pour que ce mélange psyché ne les envoie pas trop haut dans la stratosphère, ils lestent le tout d’un gros zeste de garage rock bien stoner.

Alors il nous est bien agréable de dire que cette fois-ci, le disque de rock de l’année est français. Bravo et longue vie à Wall of Death !

Publicités

Read Full Post »

Je guette chaque sortie, collaboration et projets de Mark Lanegan. A chaque fois ce mec fait mouche. C’est à nouveau le cas avec « Blues Funeral » qui vient de sortir chez 4AD, son 8ème album solo…8 albums solo ! Eh oui !

Rewind :

Rappelons-nous que Lanegan est devenu en 25 ans une des composantes essentielles du rock alternatif US, jusqu’à presque en constituer l’épine dorsale. Du premier album des Screaming Trees en 1986, véritables pionniers du mouvement grunge, en passant par les Queens of the stone age, dont il fut longtemps la conscience indie rock, les indices laissées sur la route par ce serial rocker sont accablantes. Entouré des plus belles et talentueuses, Martina Topley-Bird, Isobel Campbell, il sut casser son image d’ours mal léché sans jamais arrondir les angles de sa noirceur. On put le vérifier encore en 2008 avec le mythique « Saturnalia » sortis avec son jumeau blanc, Greg Dulli, binôme des anthologiques Gutter Twins.

Dans tout ça, nous ne parlons pas de sa carrière solo qui fit de lui une influence désormais tutélaire de la nouvelle scène rock US. Qu’aurait-il encore à nous dire ce vieux démiurge ? Et bien, du blues funéraire ! Des mélopées venues de l’autre monde ! En chaman habité, de sa voix d’outre-tombe il vocalise sur une musique comme sortie d’une grotte hopi. Seuls des êtres pétris de souffrance, aux cicatrices ouvertes en permanence, peuvent chanter un blues aussi profond. Blues Funeral sent la poudre, la poussière du désert mojave, le vent de la Death Valley.

Surtout, sur Dead Funeral, la mort rôde et ça vous saisit de sentir le souffle de la faucheuse traverser les enceintes…et c’est ça qu’on veut quand on écoute du rock & roll ! De la musique, qui sent la vie, la mort, le sexe, la peur, l’angoisse, l’urgence. Le rock est une catharsis, nom de dieu et c’est bien quelques chose que ne comprennent pas les 3/4 de ces sympathiques groupes d’aerobic electro-pop ou de paralytiques folkeux !

Voila jetez-vous sur ce disque, même si l’unanimité de la critique vous le rend soupçonnable.  Superbement mixé par Alain Johannes, celui des Desert Sessions, Blues Funeral place définitivement le géant de l’Ouest dans la grande tradition des Loners américains, de Cash à Neil Young en passant par Hazlewood et Tom Waits. Foi de Toftaky.

En vidéo : The Gravedigger’s Song / Mark Lanegan :

Allez je me fais plaisir, c’est vendredi, bon week end à vous !  :

Idle Hands / The Gutter Twins :

Read Full Post »

Il est des albums difficiles à décrire, des morceaux que l’on peine à qualifier car ils ne s’adressent pas à l’intellect mais à la déraison.  « Them Crooked Vultures » est de ceux-là..

Commençons par dire que  « Them Crooked Vultures » est le groupe de rock de l’année 2009, celui qui a fait le buzz et dont la rockosphère chuchote l’éventualité depuis 2005. Ce power-trio réunit en toute simplicité, John Paul Jones (celui dont la basse grondait dans le Zeppelin ), le batteur nirvanesque Dave Grohl et Josh Homme des Queens of the stone age. Sûr, quand vous mélangez Led Zep, Kyuss et Nirvana, cela ne donne pas un backing band pour Thomas Dutronc mais que dire de ce grand album ?

Dire que c’est du gros rock psyché bien viril comme on en faisait dans les 70’s, en cela, le cahier des charges stoner est bien respecté. Them Crooked Vultures parle à votre instinct primaire, votre cerveau reptilien, réveille le serpent quel’on chevaucherait bien jusqu’au lac, l’ancien lac… C’est toute l’attraction du désert américain qui suinte des enceintes et ses mélodies vénéneuses vous emportent définitivement de l’autre coté.

On sent bien ici un Josh Homme hypra motivé par le magnétisme de son idole, tout comme Dave Grohl fait allégeance en donnant le meilleur de lui même. Foncez vous griser de « Them Crooked Vultures », digne héritier des « Blues for the red  sun » ou « Songs for the deaf », vous ne le regretterez pas car quand on fera les comptes 2009, cet album figurera en haut des classements rock.

Read Full Post »

Un groupe avec deux batteurs, voila qui attire l’attention ! Kylesa est une formation métal fondée en 2001 à Savannah, Géorgie. Leur musique est à la croisée des chemins entre le stoner rock, le hardcore et le sludge. En effet, on retrouve dans les brillantes compositions de Kylesa, un chant hurlé typiquement hardcore, des structures musicales très progressives et psychédéliques, dignes des meilleurs groupes stoner et une rythmique pesante, grasse et poisseuse comme il est de bon ton dans le sludge issu des marais de Louisiane. L’alchimie des différents genres prend bien et vous saisit à la nuque, un lent mouvement de tête d’avant en arrière commence et ne s’arrête qu’à la fin de « Static Tensions ».

Pour moi Kylesa arrive en première division avec ce quatrième LP ( corrigez moi si je me trompe !) et réalise ici la parfaite synthèse entre Acid Bath et Kyuss ! A allez écouter sur leur Myspace . A noter, une intense reprise de « Set the control for the heart of the sun », du Pink Floyd à la sauce Gibson-Marshal !!!

En vidéo, le terrible « Scapegoat » :

Read Full Post »

Quand j’entend le nom d’un groupe de rock associé à celui du studio du « Rancho de la Luna », une petite clochette se met à tintinabuler frénétiquement. « Neptune », le second album des Duke Spirit a en effet été enregistré sous la férule stonerienne de Chris Goss dans le mythique studio situé à Joshua Tree. Tout autant que la qualité des groupes qui s’y succèdent ( Kyuss, Queens of the stone age, Mark Lanegan, Unkle…Etc) ce fameux ranch excite mon imagination, réveillant mon américanophilie rock & rollesque…

Liela Moss et Luke Ford fondent The Duke Spirit en 2003 avec 3 potes rencontrés en fac. Il sortent un premier album en 2005, « Cuts across the land », bien accueilli par la critique. Groupe  d’indie pop emmené par une chanteuse, on les compare facilement à PJ Harvey ou aux Pixies mais leur musique dépasse et va au delà de ces glorieuses influences. Car bien qu’anglais et donc fins mélodistes, les Duke Spirit ont incorporé à leur pop noisy, une touche américaine mi soul mi stoner rock.

Liela Moss sait mettre du groove dans son chant tout en restant abrasive et les musiciens font la navette entre shoegazing et gros son américain. Ce second album doit beaucoup à la production de Chris Goss, il leste les mélodies des anglais et nous les impriment plus profondément sans pervertir l’âme indie des anglais. Si comme moi vous adorez les groupes de rock avec chanteuse à la voix écorchée, si vous aimez les grosses grattes psychés venues du désert, la pop qui groove, jetez vous sur « Neptune » ou allez le découvrir ici :

http://www.myspace.com/thedukespirit

http://www.dukespirit.com/

 

Afin de répondre à d’éventuels quolibets amicaux et néanmoins malfaisants,j’assume complétement ce deuxième post en moins d’un mois sur une jolie chanteuse blonde…

Read Full Post »

Autre desert, autre blues

On a vu cette année le blues des touaregs de Tinariwen, voici un autre style de blues plus couillu, celui de Hermano.

Sans refaire toute l’histoire du rock stoner US, Hermano descend en droite ligne, par son chanteur John Garcia, des mythiques Kyuss, ce qui ne le prédispose pas à faire dans la dentelle de Calais… « Into the exam room » est leur troisième album studio et c’est une pure splendeur de heavy blues à l’ancienne! Sur cet album, Hermano varie un peu son gros son lourd et épais, en y incluant des rythmiques assez heavy métal, mais sans les solos interminable, bien sur. Ils calment même le jeu sur quelques morceaux lents, véritables perles de folk abrasifs pour garçons vachers biberonnés au Jack Daniel’s. Mais tout cela n’est que « bullshit » car avant tout cet album est un grand moment de pur rock & roll sans concessions, pas de poses, pas d’artifices, pas de prise de tête, ça déboule de la grosse rythmique gibsonienne, comme au bon vieux temps du Bloody Sabbath.

Voila Hermano mériterait au moins autant de gloire que ses cousins du Queens of the stone age! Oui mais voila, John Garcia préfère la contemplation de son désert californien, à celle de son compte en banque. L’essentiel est qu’il continue à nous botter les fesses avec son groupe de sculpteurs de menhirs, ce à quoi il parvient excellement avec « Into the exam room ». For those about to rock, we salute you!

A retrouver sur leur site: http://www.hermanorocks.com/

Leur Myspace : http://www.myspace.com/hermanorocks

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :