Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Lydon’

© 2015 Upset Magazine

© 2015 Upset Magazine

Il est petit, il est roux, il est teigneux et il nous a manqué ! Mais il revient aux affaires hardcore le sale gamin de Watford.

Je veux  bien sur parler de cette petite frappe de Frank Carter !

Oui mais Tonton Tof qui est donc ce Carter ?

Écoute petit, Carter c’était le frontman de « Gallows », un groupe punk hardcore qui nous a bien botté le cul sur scène entre 2005 et 2011. Le chanteur impressionnait par son charisme et le haut niveau de haine qu’il déversait sur nous, éructant, vociférant comme un John Lydon des grandes heures.

Carter avait disparu des radars punk après avoir quitté « Gallows » en 2011 pour aller former « Pure Love » groupe de classic rock plutôt basique.

Après ces vacances pop, Carter semble avoir rechargé les accus et nous présente son nouveau groupe : « Frank Carter & The Rattlesnakes »

Un premier EP « Rotten » est sorti au printemps et ça déménage. On sent bien que Carter est revenu pour tous les petits enculeurs de mamans sur lesquels il aimait tant cracher en live !

Alors ne cachons pas plus longtemps notre joie et délectons nous du dernier single « Juggernaut » qui va méchamment vous piétiner la gueule ! IL préfigure « Blossom« , un album très attendu qui sortira le 14 août.

 

Publicités

Read Full Post »

Previously on Rock & New Wave : Le premier concert des Pistols à la St Martin’s School of Art

« Le 06/11/1975, les Sex Pistols montent sur la scène. Adam Ant, chanteur de Bazooka Joe raconte : « Ils sont entrés comme un gang : on aurait dit qu’ils n’en avaient rien à foutre de personne. »

Après ce premier concert chaotique, les Pistols sont toujours dans l’ombre. Encore inconnus, ils peinent à trouver des endroits où se produire. Ils mettent alors en pratique l’idée situationniste de détournement. Véritable guérilleros, ils s’incrustent dans les concerts étudiants, se faisant passer pour le groupe de première partie. Ils montent sur scène à toute vitesse avant que le vrai groupe prévu n’arrive et envoient le chaos musical ! En quelques concerts chaotiques, ils sont suivis par une base de fidèles, le Bromley Contingent. Le terme a été inventé par la journaliste Caroline Coon pour désigner ces adolescents dont la plupart habitait à Bromley, une petite ville située à la périphérie de Londres. Parmi eux, Steve Severin et Siouxsie Sioux (futurs leaders de Siouxsie & The Banshees), Bill Broad (futur Billy Idol) et John Ritchie (alias Sid Vicious). SiouxsieJordan et Sue Catwoman définiront le look punk au féminin en arborant les créations de Vivienne Westwood.

Malcolm Mc Laren finit par leur trouver une date plus prestigieuse, le mythique Marquee, voici un tremplin idéal pour un jeune groupe plein d’avenir…

12 février 1976, les Sex Pistols vont jouer en 1ère partie d’Eddie & The Hot Rods, excellent groupe de pub rock très renommé à l’époque. Dans ce club mythique de la pop, les Pistols débarquent comme des furies, insultent le public, qu’ils considèrent comme de sales hippies, finissent par détruire la sono avant de se faire jeter par les roadies des Hot Rods. Dans la presse, les Hot Rods les accusent de ne pas savoir jouer. Steve Jones leur répond : « On ne fait pas de la musique, on fait du chaos. » Tout est dit !

Afin d’illustrer les tractations actuelles entre Universal et EMI pour le rachat de cette dernière, voici sans doute l’opinion la plus tranchée sur la question :

Read Full Post »

Comment sont nés les Sex Pistols ? Comment McLaren a-t-il réussi à mettre en pratique sa théorie du chaos? Tout va se jouer en Août 1975 à King’s  Road !

Parmi la clientèle de « Sex » gravitent trois jeunes délinquants, membres d’un groupe néo-mods, The Swankers. Le leader s’appelle Steve Jones, hooligan et délinquant surdoué, c’est un gamin des rues au casier judiciaire déjà conséquent.

Avec Paul Cook et Wally Nightingale, ils sont spécialisés dans la fauche d’instruments de musique. Leur plus haut fait d’armes sera d’ailleurs de voler  le matériel de David Bowie, démontant et emportant une partie de la sono la veille du concert dans une camionnette volée…

Motivés et donc armés d’instruments et de tout ce qu’il faut pour faire un maximum de bruit, ils se mettent en quête d’un manageur.

Attirés par un article élogieux de Nick Kent du NME sur Malcolm McLaren, il insiste pour que celui-ci prenne en main leur destinée. Celui-ci accepte et commence son travail d’orfèvre. Il vire un Nightingale trop léger pour le poste et le remplace par un vrai bassiste, Glen Matlock, qui était alors vendeur à la boutique.

Matlock est un bon musicien dont la vocation fut déclenchée par un concert des New York Dolls en tournée à Londres. L’apparent amateurisme des Dolls lui fit entrevoir la possibilité de se lancer dans la musique.

Paul Cook quant à lui, garde la batterie. Steve Jones est à la guitare mais est trop mauvais pour chanter en même temps. De toute façon, McLaren sait qu’il lui faut un chanteur plus charismatique. Il tente de débaucher tout d’abord Sylvain Sylvain ex New York Dolls sans succès puis Richard Hell qui préfère rester avec Television. Et sous le conseil de Nick Kent (le journaliste fit partie du groupe pendant trois mois), ils tentent même de recruter Iggy Pop en partance des Stooges. Mais celui-ci est bien trop abimé par l’héroïne. Après plusieurs castings de mômes terrorisés par la bande de malfrats allumés en face d’eux, Malcolm découvre grâce à Bernie Rhodes (futur manager des Clash) le jeune et frêle John Lydon

Mais qui est ce Lydon ?

Né le 31 janvier 1956, de parents immigrantsIrlandais catholiques, Il grandit dans une cité à Finsbury Park, au nord de Londres avec trois plus jeunes frères. À l’âge de sept ans, il contracta une méningite, en buvant de l’eau souillée par de l’urine de rat. L’infection le plongea dans un coma intermittent pendant 6 mois et effaça en grande partie sa mémoire. Il dût tout réapprendre à zéro.

La maladie lui laissa une cambrure permanente au niveau de la colonne vertébrale. Elle endommagea aussi sa vue, ce qui explique son regard si particulier. Petit et bossu, son physique peu avantageux va l’obliger à se construire une carapace. Ecolier très intelligent, mais très indépendant, il est bon élève mais trop souvent viré pour ses absences ou son insolence.

En 1972, il assiste à une tournée d’Iggy Pop en passage à Londres. Le spectacle fascinant et  pathétique donné par un Iggy plus junkie épileptique que jamais lui donnera plus tard les bases de son jeu de scène.  A l’école buissonnière, il va rencontrer John Simon Ritchie, futur Sid Vicious, qui deviendra son compère de galère. Alors tous deux lycéens, c’est à ce moment là que Lydon et Ritchie décident de couper leurs cheveux et de les hérisser. Lydon va même jusqu’à utiliser des colorations textiles, il troue ses vêtements et s’habille comme un clochard. Virés de chez eux et de l’école, ils s’installent dans des squats, consomment et vendent des amphétamines et font toute sorte de petits boulots. Leur insolence et leur look atypique leur valent de fréquentes raclées dans la rue. John Lydon se le rappelait avec amertume lorsqu’il disait à un journaliste de Mojo :

« Ecoute j’ai dû gagner mes galons pour devenir punk et les autres ont débarqué là –dedans comme des fleurs. Ils n’ont pas vécu les premières années punitives. »

En trainant leurs guêtres du coté de King’s Road, quartier prisé des jeunes rockers londoniens, John et Sid vont être donc remarqués.

L’audition de Lydon :

Bernie Rhodes présente John Lydon à Malcolm McLaren. Celui-ci organise une rencontre entre Jones, Cook, Matlock et John Lydon dans un pub miteux de Chelsea. Au premier regard, Jones et Cook détestent Lydon. Ce fait interpelle McLaren qui sent pouvoir tirer parti de ces ondes négatives. Il organise une audition devant le juke box de la boutique. Lydon, tout en provocation, massacre « I’m eighteen » d’Alice Cooper. Son effrayante interprétation convainc McLaren, il est engagé. Ses collègues, toujours aussi amicaux, le rebaptiseront Johnny « Rotten », rapport à  l’état de ses dents.

Eté 1975, les Swankers sont nés, la légende est en marche.

Read Full Post »

Punk & New Wave, vol.8

 

1967, lors d’un concert des Doors à Chicago, le jeune James Newel Osterberg Jr impressionné par la prestation de Morrison décide de quitter son poste de batteur des Iguanas pour fonder  un vrai groupe de rock. Il se rebaptise Iggy Pop et fonde The Stooges. En 1969, sort « The Stooges », leur premier album, produit par John Cale qui vient de quitter le Velvet Underground.

D’après le critique Greil Marcus, The Stooges « créent le son de la Airmobile de Chuck Berry après que des voleurs l’ont dépouillée de ses pièces. »

Suivront deux albums, Fun House en 1970 et Raw Power en 1973, terribles décharges soniques, forcément incomprises dans une époque hippie hédoniste. Un guitariste qui porte des croix de guerre allemande, un chanteur qui se lacère le torse au verre pilé, en plein Flower Power, ça fait désordre…

Effectivement, bête de scène, Iggy Pop fait de ses concerts des performances totales où il se met en danger physiquement, se dénude et laisse aller son inconscient sans aucune retenue. Loin des conventions encadrant le déroulement classique des concerts pop, les concerts des Stooges sont des catharsis traumatisantes pour le public de l’époque, public parmi lequel se révèlent des vocations de plus en plus nombreuses. Surtout lors d’une tournée à Londres en 1972, lorsque les Stooges donnent un showcase au cinéma Scala devant une centaine de personnes.

Dans le public ce jour là, un jeune lycéen de 16 ans, mal fichu, aux cheveux longs, John Lydon le futur chanteur des Sex Pistols, alias Johnny Rotten, assiste à la performance démente d’Iggy Pop. Il ne s’en remettra jamais. Le mal est fait !

Lors du boom punk partout dans le monde et même encore maintenant, toutes les auditions de musiciens punks commencent toujours par « joue-nous « I wanna be your dog »  des Stooges ! »

– Search & Destroy/ The Stooges (The Stooges, 1969)

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :