Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2009

whitelies

 » To lose my life des White Lies, ça devrait te plaire ! « .

En bon discothécaire que je suis, je me suis empressé de ne pas suivre le conseil… hein hé bon, c’est moi qui sais et pas les autres, c’est mon boulot merde quoi hein ?

Et puis je l’ai quand même écouté. Narquois et chafouin comme je suis, j’ai vite détecté l’imposture du groupe rétro qui fait du Joy Division pour les jeunes qui connaissent pas le Ian Curtis…

Mais bon, je ne sais pas pourquoi, magie de la production de l’album ou génie de la mélodie, longtemps après cette première écoute goguenarde, j’y repensais aux White Lies. Alors j’ai remis le skeud sur la platine et là, paf !

Tout à coup, l’évidence ! Cet album est fait d’un venin à effet retard. Ses mélodies reptiliennes se cachent sous des atours austères pour mieux vaincre vos défenses de « new waver » blâsé. La musique de White Lies s’instille sourdement en vous et opère un long travail de sape.

Le premier album des White Lies fait partie de ces disques que l’on n’ apprécie pas de prime écoute. Mais au bout d’un moment, si l’on persiste,  on ne s’en détache plus. Les jeunes anglais du West London ont certes retenu les leçons des années Factory. Joy Division, A Certain Ratio semblent des influences évidentes quoique le son me fasse plus penser aux premiers New Order.

White Lies mérite de rentrer dans le panthéon post-punk contemporain aux cotés des Editors, Interpol, Maximo Park ou encore These New Puritans. Alors si vous aimez la new wave de qualité, le noir et blanc, les teints blafards, les ambiances angoissées, les gringalets en cabans tout flippés, les synthés qui pleurent des larmes de givre, les guitares aux rythmiques saccadées, les basses tristes et vrombissantes et les batteries au funk robotique…et bien je vous dis que « To lose my life des White Lies, ça devrait vous plaire »

Publicités

Read Full Post »

pochette-cd-tournee-generale-copie-1024x768-

Au diable modestie et fausse humilité, le meilleur groupe français est vosgien ! Il s’appelle « Tournée Générale« , vous ne me croyez pas ? Allez faire un saut sur leur Myspace et écoutez les extraits de leur dernier album éponyme ! Cet album est le troisième puisqu’il succède à Sur un autre ton (avril 2005) et On n’est pas prêt d’s’en r’mettre (mars 2007).

Tournée Générale est un groupe lorrain, un trio basse, guitare, accordéon, qui envoie des chansons à textes bien senties avec toute la gouaille du hâbleur des plus belles montagnes du monde, les Vosges ! Comment ça , je suis chauvin ? Entre guinguette, swing manouche et chanson réaliste, Maxime, Quentin et Jean-Philippe naviguent à vue, cabotant et cabotinant avec bonheur, allumant les sourires sur les visages les plus blasés.

Si jamais Tournée Générale passe près de chez vous, courez-y les voir, vous ne regretterez pas votre déplacement tant les trois gusses mettent de l’ardeur et de l’humour au travail scénique. Les connaisseurs y reconnaitront un délicieux mélange des Ogres de Barback avec les Amis d’ta Femme. Tournée Générale est festif, impertinent, bavard, moqueur, soiffard ! Tournée Générale s’écoute un verre à la main et ce verre je le lève ici à leur santé, puissent-t-ils rencontrer le succès qu’ils méritent !

Read Full Post »

Un groupe avec deux batteurs, voila qui attire l’attention ! Kylesa est une formation métal fondée en 2001 à Savannah, Géorgie. Leur musique est à la croisée des chemins entre le stoner rock, le hardcore et le sludge. En effet, on retrouve dans les brillantes compositions de Kylesa, un chant hurlé typiquement hardcore, des structures musicales très progressives et psychédéliques, dignes des meilleurs groupes stoner et une rythmique pesante, grasse et poisseuse comme il est de bon ton dans le sludge issu des marais de Louisiane. L’alchimie des différents genres prend bien et vous saisit à la nuque, un lent mouvement de tête d’avant en arrière commence et ne s’arrête qu’à la fin de « Static Tensions ».

Pour moi Kylesa arrive en première division avec ce quatrième LP ( corrigez moi si je me trompe !) et réalise ici la parfaite synthèse entre Acid Bath et Kyuss ! A allez écouter sur leur Myspace . A noter, une intense reprise de « Set the control for the heart of the sun », du Pink Floyd à la sauce Gibson-Marshal !!!

En vidéo, le terrible « Scapegoat » :

Read Full Post »

Obscura est un groupe de death métal progressif ou techno-death pour les intimes. Ce sont 4  teutons furieux qui envoyent le boulet façon « Gross Bertha » mais avec une finesse assez inédite dans le monde ultra heavy du death à papa. Signés chez Relapse Records (gage de qualité indéniable), ils viennent de sortir l’excellent « Cosmogenesis », leur seconde réalisation.

Sur cet album, ils poursuivent leur quête musicale mélangeant death, thrash et black métal, le tout sérieusement assaisonné de prouesses techniques. Avec Cosmogenesis, vous trouvererez un album de métal carré, tranchant et froid. L’originalité du disque réside surtout dans la mise en avant de la basse. Il faut dire que le préposé aux grosses cordes est un virtuose dont les doigts voyagent avec l’agilité d’un hobbit poursuivi par une bande d’orques affamés ! De sa basse six cordes, Jerden Paul Thesseling sort des merveilles qui le font entrer, pour moi, au panthéon des bassistes du métal.

Allez faire un saut sur leur myspace : http://www.myspace.com/realmofobscura

En vidéo, le single officiel « The anticosmic overload » :

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :